Editorial

Que de chemin parcouru, que de chemin à parcourir encore !

Valentino Pomini

Lire l'article

Recherches

Trouble Obsessionnel Compulsif de l’enfant et thérapie comportementale et cognitive Childhood Obsessive Compulsive Disorder and Cognitive-Behavioral Therapy

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) de l’enfant a la même prévalence que chez l’adulte. Les traitements efficaces pour le TOC de l’adulte le sont également pour les enfants souffrant d’un TOC. La thérapie comportementale et cognitive (TCC), en particulier l’exposition avec prévention de la réponse (EPR) et le traitement pharmacologique tel que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) apparaissent être les traitements de choix dans le TOC de l’enfant. Notre objectif est de mettre en évidence la particularité de la prise en charge lorsqu’on s’adresse à un enfant ainsi que les différences avec l’adulte souffrant d’un TOC. Avec les enfants et leurs parents, l’emphase est mise sur la psychoéducation, ou transmission des connaissances au sujet. Les parents sont pris comme co-thérapeutes pour superviser le travail d’exposition au domicile. Le recours à un système de récompenses suite à l’EPR est recommandé.

Children and adults have the same prevalence of Obsessive Compulsive Disorder (OCD). Besides, treatments that work with OCD adults are generally effective with OCD children. Cognitive behavioral therapy (CBT), particularly Exposure with response prevention (ERP) and pharmacological treatment such as Selective serotonin re-uptake inhibitors (SSRIs) appear to be the best treatment for OCD children. Our goal is to highlight the particularity of the care for OCD children as well as the differences with adults suffering from OCD. With children and their parents, the emphasis is put on psychoeducation, or transmission of knowledge. Parents are taken as co-therapists to supervise the exposure tasks at home. The use of a reward system following the EPR is recommended.

Mots-clés : trouble obsessionnel-compulsif, thérapie cognitive, exposition avec prévention de la réponse, enfant Key words : obsessive-compulsive disorder, cognitive therapy, exposure with response prevention, child

Martine Bouvard, Virginie Bacconnet Dufour

Lire l'article

Recherches

Nouvelle approche cognitive pour le traitement du trouble obsessionnel-compulsif: l’approche basée sur les inférences Novel Cognitive Approach in the Treatment of Obsessive-Compulsive Disorder : The Inference Based Approach

L’approche basée sur les inférences (ABI) est un récent modèle cognitif du trouble obsessionnel compulsif (TOC). Elle a été développée pour répondre à certaines lacunes soulevées dans la littérature, notamment par rapport à la thérapie pour les clients qui présentent un haut degré de conviction envers leur obsession. Les modèles cognitifs et comportementaux de conceptualisation et de traitement du TOC seront d’abord présentés ainsi que les critiques y étant associées. Les bases conceptuelles et empiriques sous-jacentes à l’ABI seront également détaillées. L’ABI considère que la première étape du processus obsessionnel est un doute (p.ex., «peut-être que j’ai oublié de verrouiller ma porte»). La thérapie basée sur les inférences (TBI) vise à modifier le raisonnement idiosyncrasique qui génère et maintient le doute. Elle a pour but d’aider la personne à se fier à la réalité qu’elle perçoit, à faire confiance à ses sens et au sens commun. Selon ce modèle, les thérapies cognitives et comportementales (TCC) qui ciblent les évaluations cognitives, l’exposition aux conséquences anticipées ou la prévention des compulsions visent des composantes subséquentes du processus obsessionnel. Les implications cliniques associées à l’ABI sont abordées. 

 

The inference-based approach (IBA) is a recent cognitive model of obsessive-compulsive disorder (OCD). It was developed to fill certain gaps raised in the literature, in particular with regard to therapy for the clients who present a high degree of conviction in their obsession. The cognitive and behavioral conceptualization and treatment of OCD is presented and critically evaluated. The underlying theory and empirical bases of IBA are also detailed. IBA considers that the first stage of the obsessional process is pathological doubt (e.g., " maybe I forgot to lock my door "). The inference-based therapy (IBT) aims to modifying the idiosyncratic reasoning which generates and maintains the doubt by helping the client to trust reality which is perceived and to trust the senses and common sense. According to IBA, pathological doubt precedes later cognitive evaluations and anticipated consequences of the obsession and subsequent rituals and neutralization. Targeting doubt facilitates the elimination of these later appraisals. The clinical implications associated with the ABI are discussed.

 

Mots-clés : trouble obsessionnel-compulsif, thérapie comportementale et cognitive, thérapie basée sur les inférences Key words : obsessive-compulsive disorder, behavioral and cognitive therapy, Inference-based therapy

Valérie Perreault, Kieron O'Connor

Lire l'article

Recherches

L’éjaculation précoce : une revue de questions Premature ejaculation: A review of topics

L’éjaculation précoce (EP) est un trouble qui répond à trois critères : (1) une éjaculation rapide, (2) un sentiment de manque de contrôle sur celle-ci et (3) une détresse relative à la situation. Par delà ces repères, les manières de diagnostiquer le trouble diffèrent toutefois selon les auteurs. Le critère de rapidité semble le plus controversé, certains en laissant l’appréciation au seul sujet, d’autres imposant des latences éjaculatoire maximales. Bien qu’elle ait essuyé de nombreuses critiques, notamment quant à l’absence de repères objectifs de vitesse, la définition du DSM-IV(-TR) reste la plus couramment employée.

Le trouble touche environ 15 à 30% de la population masculine, mais les estimations varient énormément en fonction des méthodologies adoptées et des populations considérées.

Plusieurs facteurs peuvent concourir à son apparition. Il est certainement possible d’incriminer des risques bio-constitutionnels, des facteurs d’apprentissage, des influences culturelles et cognitives et le rôle de l’anxiété. Aucune donnée solide ne permet de mettre en cause des traits de personnalité autres qu’anxieux. Quant à l’influence de l’âge, elle reste un objet de controverses.

Des techniques cognitivo-comportementales s’avèrent efficaces pour traiter l’EP. Les taux de succès apparaissent cependant variables et la nature des processus efficients n’est pas totalement claire. Des molécules sérotoninergiques peuvent également être employées efficacement de même que l’application locale de gels anesthésiants, mais leur action reste strictement symptomatologique. L’utilité des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 est pour sa part contestée. La combinaison d’approches psychosexologiques et pharmacologiques pourrait se révéler fructueuse mais on ne dispose pas encore de suffisamment d’essais cliniques pour l’affirmer.

Bien que des traitements efficaces existent, peu de gens semblent y recourir de façon satisfaisante. Des efforts devraient être déployés afin de rendre les traitements plus accessibles au public et afin de former adéquatement les intervenants en santé.

 

Premature ejaculation (PE) is a disorder characterized by three components: (1) a rapid ejaculation, (2), a feeling of lack of control upon ejaculation, (3) and a distress related to this condition. The criterion of rapidity appear to be most controversial: some authors refer only to subjects’ judgment, while other ones set a maximum ejaculatory latency. Although it focused some criticisms related to a lack of objective latency criteria, the definition of PE propounded by the DSM-IV(-TR) remains most currently used.

PE affects about 15 to 30% of the male population. However, the estimations can vary widely depending on populations and methodologies.

Several factors contribute to the occurrence of the disorder: one may very probably charge bio-constitutional risks, learning factors, cultural and cognitive influences and the role of anxiety. No robust data allow to implicate personality factors other than anxiety. The influence of the age remains a controversial topic.

Cognitive-behavioral techniques appear to be quite efficient in the treatment of PE. However the success rates are variable, and the precise nature of the therapeutic active process remains unclear. Serotonergic drugs and local anesthetics are also efficient, but their action remains strictly symptomatic. The usefulness of phosphodiesterase-5 inhibitors is disputed. Combining psychological and pharmacological approaches might be promising. Unfortunately, there is a lack of clinical trials in this field.

Although effective treatments do exist, only a few affected people appear to use them satisfactorily. Efforts have still to be made in order to train adequately heath practitioners and to make the treatments more accessible to the public.

 

Mots-clés : traitement, thérapie sexuelle, thérapie comportementale et cognitive, prévalence, latence éjaculatoire, inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, étiologie, éjaculation précoce, définition, anxiété Key words : treatment, se therapy, behavioral and cognitive therapy, prevalence, ejaculatory latency, selective serotonin reuptake inhibitors, etiology, premature ejaculation, definition, anxiety

Philippe Kempeneers, Robert Andrianne, Armand Lequeux, Sylvie Blairy

Lire l'article

Recherches

Une méthode d’approche par le jeu symbolique, en thérapie cognitivo-comportementale de l’enfant, illustrée par un cas A methodical approach using symbolic play, in cognitive behavioral therapy of children, illustrated by case study

La thérapie par le jeu est utilisée depuis une vingtaine d’années par certains cliniciens cognitivo-comportementalistes. Cependant il n’y a que très peu de littérature en français dans ce domaine. Ainsi,  le présent travail tente d’offrir aux thérapeutes cognitivo-comportementalistes un outil d’analyse clair et reproductible du jeu symbolique de l’enfant. Le jeu symbolique est utilisé ici comme instrument d’évaluation diagnostique, puis comme instrument thérapeutique, aussi bien auprès des parents que de l’enfant lui-même. Cette méthode s’adresse à des enfants en âge de jouer, de 3 à 12 ans environ, afin d’enrichir  notre compréhension par une meilleure visibilité de leur point de vue subjectif, imaginaire, cognitif et émotionnel , et secondairement de restructurer comportements et cognitions.

Play therapy is used for more than twenty years by cognitive behavioral therapists. In those steps, this paper aims to provide a clear and reliable analysis tool for the symbolic play of children. Symbolic play is used here as a mechanism for diagnostic assessment, and as a therapeutic tool, with the parents and with the children as well. This method is addressed to children from 3 to 12 years old, as an acces to their subjective point of view, imagination, cognitions and emotions, and secondarily to restructure behaviors and cognitions.

Mots-clés : thérapie comportementale et cognitive, psychothérapie de l’enfant, jeu symbolique Key words : behavioral and cognitive therapy, Child psychotherapy, play therapy

Christèle Richard, Fabrice Brodard

Lire l'article
© 2017 RFCCC. Tous droits réservés. Réalisé par Comase Info avec CodeWeb