Editorial

Lettre de l'éditeur

Sylvie Blairy

Lire l'article

Lettre à l'Editeur

Lettre à l'éditeur

Martin D. Provencher

Lire l'article

Recherches

Entraînement métacognitif en groupe chez des adolescents souffrant de psychose : étude de cas multiples Group metacognitive training for adolescents with psychosis: multiple case study

La formation et le maintien d’idées délirantes, qui sont des symptômes clé de la psychose, s’expliquent en partie par la présence de biais cognitifs. La faisabilité, l’adhérence au traitement, l’utilité subjective et également l’efficacité d’un entraînement métacognitif (EMC) permettant de corriger ces biais cognitifs ont été démontrées chez des adultes souffrant de schizophrénie. Par contre, aucune étude ne s’est intéressée à ces aspects dans une population adolescente atteinte de psychose. La présente étude évalue la faisabilité d’un EMC et son effet bénéfique sur les symptômes psychotiques et dépressifs, le fonctionnement social et l’estime de soi chez 5 adolescents, de 16 à 18 ans, souffrant de psychose. L’intervention effectuée est un EMC en groupe correspondant à 2x8 modules, de 45 à 60 minutes, une fois par semaine. La mesure de l’efficacité des modules emploie des échelles mesurant la sévérité de la symptomatologie psychotique, le fonctionnement social global, l’estime de soi, la dépression  et la santé mentale globale. Les résultats de ces 5 patients semblent indiquer que L’EMC est praticable et efficace. Toutefois, l’adhérence au traitement est mitigée. Le calendrier des séances nécessite une adaptation selon la disponibilité des participants. Globalement, L’EMC s’accompagne d’une réduction des symptômes psychotiques et dépressifs et d’une amélioration du fonctionnement social et de l’estime de soi. En conclusion, l’EMC représente une alternative intéressante et/ou un bon complément de traitement. De futures études à plus large échelle devraient être entreprises afin de confirmer cette conclusion et étoffer les données spécifiques à cette population exclue des précédentes études sur l’EMC.

 

Cognitive biases can explain part of the formation and maintenance of psychotic symptoms such as delusions. The feasibility, the treatment adherence, the subjective and objective efficacy of a metacognitive training (MCT) targeting the treatment of these cognitive biases have already been shown with adult patients with schizophrenia. However, there has been no research on adolescent patients with psychosis. The current study evaluates the feasibility of MCT and its beneficial effects on psychotic symptoms, depression, social functioning and self-esteem of five psychotic adolescents, aged 16-18. The intervention constitutes of a MCT delivered in group, corresponding to 2x8 modules, lasting between 45 and 60 minutes once a week. To measure MCT’s efficacy, scales measuring the severity of psychotic symptoms, global social functioning, self-esteem, depression and mental health have been used. The results of the 5 patients indicate that MCT is feasible and the treatment adherence is moderate. The schedule of MCT needs to be adapted to the availability of the participants. MCT allows to reduce psychotic and depressive symptoms as well as to improve the social functioning and the self-esteem. In conclusion, MCT seems to be an interesting alternative and/or a good additional treatment. Future studies should be undertaken in order to confirm this conclusion and to increase the specific data about the adolescent population who have been excluded from previous studies about MCT.

 

Mots-clés : psychose, métacognition, adolescents Key words : psychosis, metacognition, adolescents

Sonia Orcel, Sébastien Urben, Frédéric Lambelet, Muriel Hafil, Laure Jaugey, Laurent Holzer

Lire l'article

Recherches

Lien entre les stades de changement, la participation et les pratiques éducatives des participants à un programme d’entraînement aux habiletés parentales Relationship between stages of change, participation and parenting practices of parent-training participants

L’étude explore le lien entre les stades de changement du modèle transthéorique (Prochaska et al., 1992) et la participation des parents à un programme d’entraînement aux habiletés parentales d’une part et leurs pratiques éducatives d’autre part. Des parents (n=43) ayant un enfant avec un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité (TDAH) ont participé au PEHP Ces années incroyables (Webster-Stratton et Hancock, 1998). Les résultats montrent que les parents adoptent surtout des comportements propres à l’action et non à la pré-contemplation ou à la contemplation, ils sont assidus aux rencontres et la plupart améliorent leurs pratiques éducatives. Les parents qui adoptent les comportements associés au stade de l’action sont déjà engagés, avant le début du programme, dans des actions pour améliorer la relation avec leur enfant et sont moins assidus aux rencontres et améliorent moins leurs pratiques. Ce résultat surprenant rend probablement compte du fait que les actions déjà entreprises par les parents présentent déjà des bénéfices. Les résultats de l’étude mettent en évidence la difficulté de convaincre les parents au stade de la pré-contempaltation ou de la contemplation à participer à une intervention d’aide. Les stratégies cliniques favorables à l’assiduité aux rencontres et à l’amélioration des pratiques éducatives des parents de différents stades sont abordées dans la discussion.

This study explores the relationship between stages of change (Prochaska et al., 1992), parents’ participation to a parent-training program (PTP) and parenting practices. Parents (n = 43) of children with attention deficit disorder/hyperactivity (ADHD) participated to the Incredible Years program (Webster-Stratton & Hancock, 1998).  Results indicate that parents are more likely to adopt behaviors typical of the stage of action rather than the stages of precontemplation or contemplation, they participate to almost all group sessions, and most of them improve their parenting practices.  Parents who adopt behaviors typical of the stage of action are less likely to attend the group sessions and less likely to show improvements of their parenting practices.  Though surprising, these results clearly indicate that these parents have already implemented actions, before their participation to the PTP, that show benefits for the relationship with their child. Therefore they are less likely to benefit from the PTP.  Results also emphasize the difficulties to convince parents to participate in an intervention when they are at the precontemplation or contemplation stages. Clinical strategies to improve attendance to intervention and support parents’ change of parenting practices for parents at different stages of change are discussed.

Mots-clés : stades de changement, pratiques éducatives parentales, participation au programme Key words : stages of change, parenting practices, parent's involvement in the program

Marie-Josée Letarte, Sylvie Normandeau

Lire l'article

Recherches

Posters présentés à la 40ème Journée Scientifique de l'AEMTC

Lire l'article

Recension de livre

Recension : Françoise Dolto, la déraison pure

Jacques van Rillaer

Lire l'article
© 2017 RFCCC. Tous droits réservés. Réalisé par Comase Info avec CodeWeb